navigation

Une journée à Ahmedabad. 11 février, 2007

Posté par unrendezvousavecganesh dans : Les petits mots de Eve , 1 commentaire

Ce jeudi 8 février, après une vingtaine d’heures de train incluant une mauvaise nuit sur une couchette étroite dans le brouhaha des allées venues des uns et des autres, nous sommes enfin arrivés à Ahmedabad (ville du riche Ahmed – abad signifiant riche).

En descendant du train, nous sommes ciblés par quelques porteurs de bagages qui nous offrent en vain leurs services. Après es assaillis par les rickshaws et taxis wallahs qui se bousculent pour oavoir déposer nos grosses valises à la consigne de la gare, nous décidons d’explorer la possibilité de louer une voiture avec chauffeur pour la journée. Avant même de mettre le nez en dehors de la station, nous sommffrir leurs services. Impossible de choisir avec qui discuter. Nous sommes cernés par vingt bonhommes qui jouent du coude et de la voix pour participer à la négociation. Ils veulent 1000 roupies pour la journée. C’est presque le double de ce que nous voulions payer. OK, on va aller prendre un petit thé pour réfléchir… À plus tard !

De retour dans la gare, nous décidons de déjeuner avant de repartir. On se dirige vers le seul resto de la gare qui est affublé de quelques comptoirs pour s’y appuyer et déposer les assiettes, mais pas de chaises. Je commande un masala dosa (une crêpe fourrée d’un curry de patates) et un masala chai (thé au lait épicé). Richard commande des idlis (sorte de gâteau de riz blanc non sucré servis avec des sauces d’accompagnement) et un nescafé. Tristan se contente d’un lait fouetté au chocolat. En dégustant avec les doigts notre déjeûner (pas d’ustensiles disponibles ici), nous observons dans la cuisine attenante, un gros rat brun circuler pratiquement entre les jambes du cuisinier. Deux gars enturbannés et nus pieds profitent du robinet du restaurant pour faire une toilette rapide en s’aspergeant visage et cou. Ils se râclent la gorge et crachent un bon coup avant de repartir.

Après avoir pris des informations sur les bus, je convaint Richard et Tristan d’aller prendre le bus public pour se rendre à l’ashram de Gandhi, le premier lieu que nous souhaitons visiter. Ils acquiescent un peu mollement… et l’aventure commence ! Trouver l’arret de bus deux rues plus loin ne nous demandera pas plus de quinze minutes mais pas mal d’interrogations et de réponses vagues. Ensuite, le simple fait de repérer l’autobus #87 s’avère impossible pour nous car nous ne comprenons pas la manière d’identifier les autobus. Heureusement un jeune homme à qui nous avons parlé s’occupe de nous aviser que notre autobus est arrivé. Nous courrons pour y monter. L’autobus est bondée et se remets aussitôt en marche. Il faudra sauter sur les marches en s’agrippant et poussant les passagers qui bloquent le passage. Tristan et moi on rigole, mais Richard qui n’a presque pas dormi émet quelques grognements… Petit à petit, on se fraye un chemin vers l’avant de l’autobus et, éventuellement, des places assises. Bientôt, le chauffeur nous fait savoir que nous sommes arrivés à l’ashram.

Le Sabarmati Ashram fondé par le mahatma Gandhi en 1915 a été transformé en petit musée. Les lieux abritent une école primaire, on peut y visiter les chambrettes spartiates occupées par Gandhi et sa compagne et un atelier de filature. Les bâtiments se dévoilent en parcourant des allées bordées d’arbres matures. La verdure et les ombrages créés par les arbres créent un espace paisible et agréable. Le terrain surplombe la rivière du haut d’un mur d’une centaine de pieds abritant des nichés de beaux aras d’un vert quasi fluo.

En sortant de l’ashram nous prenons un rickshaw qui nous dépose à quelques kilomètres de là, au Banascraft et au Mirch Masala (un resto branché). Le Banascraft (banascraft.org) est un des points de vente de la Self Employed Women’s Association (la SEWA ; voir sewa.org). Cette association est en fait une coopérative de femmes d’origine modeste, souvent illettrées, qui a pour objectif de créer des emplois à ses membres en organisant la fabrication et la commercialisation de produits artisanaux. Sur le site de la SEWA, on peut lire les histoires souvent pathétiques et bouleversantes de plusieurs de ces femmes. À Banascraft, les vêtements et les autres produits artisanaux sont un petit peu plus chers qu’ailleurs mais ici, on est certain que 65% du prix payé est versé directement aux artisanes. Le commerce équitable est sans nul doute l’une des manières que nous avons de venir en aide aux habitants de pays moins favorisés que le nôtre…

Après une bonne heure et surtout, après avoir épuisé toute la patience de Tristan, j’ai enfin choisi un salwar kameez à mon goût !

Nous avons ensuite fait une petite pause au Mirch Masala pour y engouffrer un délicieux biriyani aux légumes, du naan, des gulabs jamuns plutôt parfumés et un peu de thé.

Ensuite, Richard souhaitait visiter quelques musées non loin de là. Nous sommes donc partis à pied en nous guidant avec le plan trop sommaire du Lonely Planet. En chemin, nous avons rencontré nos premiers dromadaires ! Quelques ânes et beaucoup, beaucoup de gens, bien sûr. Un bruyant cortège de mariage entre autres… Nous avons demandé notre chemin à des jeunes femmes qui nous ont répondu avec moult gestes, moitié en anglais et moitié en hindi. Comme nous ne comprenions absolument rien à leur charabia, l’une d’entre elles a décidé de nous accompagner pour nous guider. Ça, c’est vraiment indien, cette gentillesse et cette générosité, on la retrouve partout !

En fin de journée, nous rêvions d’une bonne bière fraîche à l’ombre d’une terrasse.
Le hic, c’est que dans l’état du Gujarat où se trouve Ahmedabad, l’alcool est interdit.
Cette prohibition est un héritage direct de l’influence de Gandhi. Le mahatma croyait que l’alcool détruisait l’âme à petit feu.

On s’est dit qu’en allant dans un hôtel de luxe on échapperait peut-être à cette ascèse… on s’est donc retrouvé dans le resto de l’hôtel le plus chic de la ville ! Mais même là, pas question de prendre une boisson alcoolisée, nous avons dû nous contenter d’une petite eau gazéifiée !

Ce soir là, à Ahmedabad, comme presque à tous les soirs un peu partout dans ce pays de couleurs festives, il y avait des feux d’artifices.
Chambre de Gandhi

La chambre spartiate de Gandhi.

12345

Tignes 2007 |
alsacepictures |
voyages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A L' Hôt' Antique
| Tour du monde en voilier: l...
| Campeuses Campeurs à vos sa...