navigation

Holî 14 mars, 2007

Posté par unrendezvousavecganesh dans : Les petits mots de Eve , 3 commentaires

par Eve (avec quelques emprunts a Wikipedia!)

Holî (aussi connue sous le nom de fête des couleurs) est la fête hindoue de l’équinoxe du printemps. Elle trouve son origine dans la Vasantotsava, à la fois un sacre du printemps et célébration de la fertilité. Il est fêté dans toute l’Inde durant deux jours au cours de la pleine lune du mois de Phâlguna qui se situe en février-mars. (Note: Les hindous utilisent en parallèle avec notre calendrier solaire occidental, un calendrier lunaire selon lequel nous sommes présentement en 2063 !)

Suivant la mythologie hindoue, Hiranyakashipu, le roi des démons, s’était vu accordé par Brahma le privilège de ne pouvoir être tué. Il était alors devenu si puissant et arrogant qu’il se prit pour Dieu lui même et voulut qu’on adora que lui. Il avait un fils : Prahlâda, fidèle à Vishnu, qui refusa d’observer le culte imposé par son père. Furieux, le roi voulut mettre à mort l’enfant. Il ordonna que Prahlâda soit écrasé par un éléphant. Mais l’enfant s’en sortit indemne. Il fut jeté du haut d’une falaise, fut mordu par un serpent venimeux. Le poison se transforma en nectar. La soeur du roi, Holika, avait reçu le pouvoir de résister aux flammes. Il fut décidé qu’elle porterait son neveu au milieu du bûcher. Prahlâda accepta sans difficulté le défi et pria Vishnu de l’aider dans cette épreuve. Quand ils furent entrés dans le feu, chacun put observer avec stupéfaction et contre toute attente que Holika était brûlée à mort. Prahlâda, quant à lui, s’en tira sans aucune blessure.

La nuit du premier jour de la fête, un feu est allumé pour rappeler la crémation de la démone Holîka. Le deuxième jour, connu sous le nom de Rangapanchami, les gens, habillés, circulent avec des pigments de couleur (le gulal) qu’ils se jettent l’un à l’autre. Les enfants, garçons et filles, s’en donnent à cœur joie avec pistolets à eau, bouteilles de plastiques, aérosols ou balounes remplies d’eau colorée avec des pigments qui tachent souvent irrémédiablement les vêtements. Les hommes se contentent des pigments secs : roses, rouges, verts ou jaunes. Chaque couleur ayant sa symbolique. Les femmes adultes participent de manière beaucoup moins visible à la fête et échappent aisément aux délires du gulal. Les touristes hommes et femmes sont par contre des cibles privilégiées. Les enfants indiens peuvent être carrément agressifs avec les enfants étrangers alors que les hommes indiens peuvent se montrer exagérément tendres envers les étrangères. Plus la journée avance, plus les fêtards indiens peuvent être sous l’effet de l’alcool et du bhang (cannabis). Il convient donc de se montrer très prudents et de ne sortir qu’en groupe, avec de vieux vêtements, des lunettes et de quoi se protéger les cheveux ; ou encore, de rester confortablement sur la terrasse d’un hôtel, au-dessus de la mêlée pour apprécier de loin cet événement somme toute sympathique et bon enfant, rythmé par des chants, de la musique et des processions colorées.

Photos du Holi a Jaisalmer le 4 mars 2007

12345

Tignes 2007 |
alsacepictures |
voyages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A L' Hôt' Antique
| Tour du monde en voilier: l...
| Campeuses Campeurs à vos sa...